jeudi 8 décembre 2016

Tortoise - Djed (1996)

Découvrir des contrées musicales inexplorées, c'est ce que propose Tortoise avec ce Djed.
Qu'est-ce que le Djed ?
Le Djed remonte aux égyptiens, donc ce ne date pas d'aujourd'hui, c'est un pilier qui est symbole de stabilité.
Autant déflorer tout de suite un insoutenable suspense: non le Djed de Tortoise n'est pas véritablement stable, c'est plutôt des sables mouvants musicaux, une ondulation permanente, une évolution continue.
Pour résumer c'est un peu Steve Reich qui fait une partouze avec le batteur de Neu!, Lee Scratch Perry qui ramène de la dope et le dub, le tout sur fond de musique ambient électronique d'un film imaginaire sur les grand espaces vides et avec des poissons qui passent par là on ne sait pourquoi (et un peu de jazz barré et de rock perverti).
Bref c'est près de 21 minutes inclassables, indispensables, même les sourds, les gens de droite et les grands mères aiment ce morceau.


Blogger Tricks

mardi 6 décembre 2016

How To Disappear Completely & FOG - Dusk union (2016)

"Drones for lonely souls" voilà qui résume bien mais trop succinctement la musique de HTDC & FOG.
C'est faire abstraction de l'onirisme et de la majesté ample de leur son, de sa sérénité.
Divaguer dans leurs paysages ...


lundi 5 décembre 2016

Kaboom Karavan - Lentetooi (2011)

Perdue au fin fond d'une lieu oublié, une vieille sorcière qui perd un peu la raison annone quelques paroles inintelligibles d'où ne semblent que surnager que "maison du vivant" et encore sans certitude.
Et on est égaré ici, arrivé par accident, voire malchance, à moins que rien ne soit réellement le fruit du hasard
La vieille sorcière somnole, grogne, bruisse, rêvasse, psalmodie même.
Autours d'elle des crépitements, des craquements, des bruissements se produisent, des animaux indéfinissables poussent des cris, grattent, sifflent ...
Il plane une ambiance malsaine, inamicale, oppressante. 
Un piano désaccordé tente un semblant de mélodie mais ressemble plus à une sanza poussif qu'à autre chose.
Puis la vieille s'assoupit, grogne à nouveau un peu, on en profite pour vite partir, si on le peut encore ...


dimanche 4 décembre 2016

Shuggie Otis - Inspiration information (1974/2001)

Se laisser emporter par la voix perchée et suave de Shuggie Otis et par sa musique au groove moelleux mais finalement alambiqué.
Suivre sa guitare malicieuse dans ses envolées de cool, apprécier circonvolutions vocales, se perdre dans son psychédélisme doux, goûter au toucher rugueux et tendre de sa batterie, apprécier les divagations mutines de l'orgue, noter la retenue de basse ...

Chicks On Speed - Kaltes Klares Wasser (2000)

Où il est question de sexe, de corps arme, de musique nerveuse, de relecture du passé réapproprié, de féminisme, d'eau fraiche mais vraiment d'amour, de silicone, de décollage en Concorde, de douche dorée et vraisemblablement de menstruations.
Cru, tendu, sec, limpide,brut, impulsif et jouissif !


vendredi 2 décembre 2016

Basic Channel - Radiance III (1994)


Le brouillard est là, en même temps cocon protecteur et menace diffuse. Présent partout enveloppant tout, noyant tout, nimbant de mystère chaque aspérité, chaque forme, les rendant inquiétantes, vagues formes indistinctes.
Il feutre les sons, les assourdis. Il ne laisse filtrer que quelques fréquences limitées, régulières, apaisantes et chaleureuses. Comme un battement primal fœtal qui s'accélère peu à peu.
Un vent glacial se lève, déchirant finalement le voile de coton, laissant transparaitre un paysage froid décharné et lunaire.

 

jeudi 1 décembre 2016

Primal Scream - Living dub (1997)

1997, alors qu'on les croyait indestructibles, résistants aux drogues, au feu à la malaria et aux chatouilles, les Primal Scream sont au plus bas, à l'article de la dépression.
Pourquoi peut-on légitiment se demander ?
A cause d'un ticket de pressing perdu ...
Futiles les Primal Scream ? Non c'était le ticket de pressing qui leur permettait de récupérer leurs costumes de scène. Aussi à moins de jouer en slip chaussette pas moyen d'honorer leur future tournée.
Ils essaient la négociation, l'intimidation en vain, rien n'y fait, la gérante une anglaise acariâtre, vieille fille d'une cinquantaine d'années à qui on ne la fait pas, ne veut rien entendre; pas ticket, pas de costumes point final.
Pour se consoler, ils vont donc remixer les titres de leur précédent album version dub avec leur pote Adrian Sherwood.
Grand bien leur en a pris, la mégère tenancière du pressing était une fan invétérée de dub et en entendant le résultat elle revient sur ses principes et leur rend leurs costumes de scène même en l'absence du ticket (cependant moyennant un forte somme d'argent et de la drogue).
Tout est bien qui finit bien ...


 

mardi 29 novembre 2016

Scion - Emerge0 (1995)

1111ème post, quand même.
Au menu du roboratif techno allemand, rigoureux, carré, sec et râpeux. Austère pourrait-on dire un peu hâtivement et vainement car en fait il n'en est rien. Le morceau est en évolution constante, ça tournoie, ondule, sinue tel un serpent sonore cherchant à s'insinuer subrepticement. Puis sans crier gare arrive un piano martelé qui semble presque échappé du Go de Moby et qui à plusieurs reprise déboule pour amener un brin de folie, comme une réminiscence de samba décadente.
Une histoire d’émergence soudaine en quelque sorte. 
Et puis tout part en couille dans une sorte de psychédélisme électronique débridé avec des sons, stridences et feulements jaillissant de partout simultanément avant un retour à la sérénité.


dimanche 27 novembre 2016

Turzi - A notre père (2007)

C'est pour critiquer mais ils ne sont pas doués, les cathos.
Ils se plaignent que les églises soient vides, que les fidèles désertent. Mais en même temps ils ne font rien pour les remplir.
Non les cocos, il faut évoluer et arrêter vos conneries.
Prenez exemple sur Turzi qui sait allier tradition et innovation. Il prend un classique de la liturgie, le "Notre père" et le rend mystique, hypnotique, limite sexy en l’enveloppant d'une rythmique krautrock, en lui adjoignant guitare addictive et plainte contemplative sur fond de mysticisme indien.
Alors suivez mes conseils en premier lieu plutôt que des hosties fadasses proposez au moins des Pringles au mieux des excta', même chose pour le vin, déjà ça fait un peu rat qu'il n'y ait qu'une seule personne qui puisse s'arsouiller, ensuite faudrait voir à proposer une carte un peu plus fournie, Redbull/vodka, mojito, cocktail champagne, des pinards de petits producteurs du coin ...
Pour la disposition des lieux, l'autel c'est pas mal, mais virez la déco surchargée et mettez deux platines et un dj, vous verrez avec un bon son et une bonne playlist ça va attirer du monde.
L'idée de l'after/brunch du dimanche matin est super bonne c'est un créneau stratégique.
Par contre gros point noir sur le Mc. Là ce n'est pas possible, il faut un gars plus dynamique, plus enjoué, moins moralisateur, c'est louable d'avoir mis un travelo en robe longue pour faire genre ouvert d'esprit, mais un bon rappeur ou une toaster jamaïcain je vous assure que ce serai mieux, plus vivant.
Les bancs en rangées c'est un peu austère et pas assez cosy, des petits salons confortables,plus intimes ça l'ferait plus.
La déco kitch pourquoi pas c'est un genre.
Enfin gros point positif sur les vitraux, effet psychédélique garanti, bravo, quant vous voulez vous y arrivez.


vendredi 25 novembre 2016

Neu! - Hallogallo (1972)

Motorik !
Pulsation métronomique, divagations de stridences, paysage défilant, mouvement statique, planer un peu, fixer son attention sur des détails, voler rapidement comme dans un rêve à 15 cm du sol, décharge d'adrénaline, excitation, emphase, montée, souffle court, confusion ... écouter en boucle, glapissement, wah wah, cheminement sinueux, stop, encore reprise, recommencer, pulsation métronomique, vitesse de la lenteur, se laisser emporter, flotter, des mouettes passent, les vagues se brisent, le ciel était gris, attente, plus, encore, plus, hypnose, confusion, cymbale éclatante, saturation, à nouveau, brouiller, s'abstraire, s'isoler dans sa bulle, l'infini qui reprend et se répète, grésiller, un peu d’énervement voire de rage, s'assourdir, pulsation métronomique ...