mercredi 17 janvier 2018

Arthur H - La boxeuse amoureuse (2018)

Un piano étrangement calme égraine ses notes apaisées et se mêle à une stridence voilée d'un instrument à corde.
S'ajoute la voix grave, profonde, légèrement éraillée et voilée, à la puissance contenue d'Arthur H, puis cette voix s'envole avec élégance dans les aigus, un peu par surprise mais avec douceur.
Cette voix plane, survole, virevolte, gire, dessine des arabesques fantasques nimbée dans un écrin musical de grâce et de sérénité.
Elle raconte avec émotion et sensibilité l'histoire d'une femme qui combat, qui lutte, qui résiste, qui aime, qui s'obstine, qui vit ...


Blogger Tricks

mardi 16 janvier 2018

Terekke - Tack (2017)

Planer entouré de nuages, se sentir enveloppé, en sécurité dans un cocon cotonneux et parfois pouvoir regarder défiler en bas le paysage miniature, distant.
Juste cette impression de liberté, de détachement et de quiétude en apesanteur ...


lundi 15 janvier 2018

Patricia - Josephine (2013)

Une berceuse viciée, qui au lieu de préparer à un sommeil apaisé, serait plutôt le prélude à une nuit tourmentée voire cauchemardesque.
Un semblant de calme, s'installe puis des grains de sable parasites viennent gripper la machine à rêves et entrainent l'auditeur vers une léthargie plus incertaine et tumultueuse ...


dimanche 14 janvier 2018

Piero Umiliani - Open space (1970/1973)

De l'insouciance, de la légèreté, un brin de folie et une once de surprise.
C'est quitter Rome à bord d'une Alfa Romeo Spider au milieu de la nuit, cheveux au vent, bien accompagné, des bouteilles de Champagne pour tenir la distance.
Direction la mer, puis longer la côte, glisser jusqu'au petit matin.
La musique à fond jusqu'à ce que ivre d'alcool, de vitesse, de liberté et de fatigue il faille s'arrêter, surtout à cause d'une panne d'essence.
Une belle folie, qui en valait la peine ...


samedi 13 janvier 2018

Jimi Tenor - Atlantis (1997)

Une histoire d'ambiance ...
Du swing, de la classe, une pointe de suavité et lenteur pour un résultat à la limite du grandiloquent mais flirtant surtout avec le grandiose et le classieux.
Une douceur pour les oreilles à la recherche des cités englouties ...


vendredi 12 janvier 2018

Detboi - Secret venom (2017)

Detboi  ne pouvait pas faire de la musique joyeuse, pas après ce qu'il avait vécu.
Une enfance chaotique passer à élever des morpions sur ses parties génitales. Des études de nettoyeur de lisier ratées après qu'il ait failli se noyer dans la cuve de décantation. Une première expérience professionnelle de testeur de thermomètres rectaux qui a mal tourné suite à une pénurie de lubrifiant. Bref une suite de ratages aussi risibles que pathétiques.
Il trouvera finalement son salut dans une jungle sombre, sèche, martiale, digne héritière des Source Direct, J Majik, Dilinja et consorts.


jeudi 11 janvier 2018

Sonic Youth - Shadow of a doubt (1986)

Pas de doute, elle plane l'ombre d'Alfred, une rencontre, un train, un échange ...
Rêve, réalité, elle subsiste l'ombre du doute ...
Un baiser sur un mal-entendu, a-t-il eu lieu, des dénégations, un fantasme, elle revient, l'ombre d'un doute ...


mercredi 10 janvier 2018

Dale Cooper Quartet & The Dictaphones - Pemp Ajour Imposte (2017)

Où il est question d'amour et d'élongation vaporeuse du temps sur fond de jazz alangui et de voix parcimonieuse de crooner, mais aussi de soupirs ...
Toujours une musique de nuit par gens non pressés ...


mardi 9 janvier 2018

Identified Patient & Sophie Du Palais - Peaceful panic (2017)

Une histoire de contraste, de tension et d'interdit à braver ...
De l'électro froide, cinglante et mécanique derrière laquelle une voix féminine vénéneuse, voilée et presque irréelle se glisse ...
Une invitation à un voyage initiatique vers de nouveaux mystères ...


dimanche 7 janvier 2018

Ganja Kru - Species (1999)

Le Ganja Kru groupe d'artificiers émérites de la jungle se laisse aller au ralentissement de tempo.
Le rythme reste lourd, les basses vrombissantes mais en plus lent, l'impression de respirer dans un nuage de protoxyde d'azote et d'avoir ses perceptions modifiées.
A cela il faut ajouter un discours fortement engagé sur les conséquence du darwinisme et la prédominance préjudiciable d'une espèce sur les autres ainsi qu'un fond sonore légèrement anxiogène.
Agréable mais déroutant ...